test

  • ~ 1 lecteur en ligne

Presqu'île

Publié le : 23 février 2009 à 09:54 par Agnès Chêne
Catégorie : Poésies

Enserrer le sable, la grève patinée

Contempler les flots dans le boléro des marées

Soulever la sève drappée de grains de sel

Arrêter du regard ce trop-plein d'écume.


Corps et âme engourdis

Dans un mouvement de vies fécondes

Rythmées par les ondes

Léchant nos ecchymoses

Caressant nos mauves utopies

Les vents chahutant l'océan

Les galets ronds comme des amandes.


Monter dans la barque des ombres turquoises

Epouser les zones profondes des émotions

Qui chinoisent.


Peu importe où l'amour prend sa source

Dans les plats, les cernes

Enveloppés encore de résonnances endormies.


En nos corps,

Nos pensées

D'intimes mystères

Partir à la découverte

D'une euphorie légère

A s'aimer d'existence

Et n'être plus que sel de la terre.

Ce texte a été lu 730 fois.


« Panne d'ecriture
par : jc-blondel
Jules (Partie 1) »
par : Constance



Rédiger un commentaire sur ce texte Votre avis sur ce texte … (2 commentaires)

Lecteur de passage (Zoggdanoff)

Le 23 février 2009 à 13:14

Tes mots s'effacent derrière l'émotion qu'ils cisèlent... De sorte que l'on voit les images. Surtout, ne rien expliquer; juste les vivre... Merci.
Remonter au texte | #1107

Pas d'avatar

Agnès Chêne

Le 26 février 2009 à 21:37

Merci de votre lecture
Remonter au texte | #1109


Rédiger un commentaire :

Votre pseudonyme :

Texte du commentaire :
:) :| :( :D :o ;) =/ :P :lol: :mad: :roll: :cool:
Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez.
Votre adresse de connexion (54.144.33.92) sera archivée.
Vous n'êtes pas membre de Jeux d'encre ....
Afin de valider la publication de votre commentaire, veuillez taper le code suivant anti-spam dans la zone de texte située ci-après : 
Important : Les textes déposés sur ce site sont les propriétés exclusives de leurs auteurs. Aucune reproduction, même partielle n'est autorisée sans l'accord préalable des personnes concernées.