test

  • ~ 1 lecteur en ligne

Entre les lignes

Publié le : 12 octobre 2008 à 13:10 par Constance (Site web lien externe)
Catégorie : Nouvelles / Essais

Thomas Lanz ne tient pas en place ce matin-là. Dans une heure, il a rendez-vous avec son éditeur qui doit lui communiquer les derniers chiffres des ventes de son roman. En théorie, il a de quoi être confiant. La tournée de promotion s'est bien déroulée, ses séances de dédicaces dans toute la France ont remporté un vif succès. Même la presse et la télévision commencent à s'intéresser à ce nouvel auteur, ce qui est de bonne augure. Des critiques littéraires l'ont encensé, il plaît aux professionnels, atout majeur pour ne pas passer inaperçu au milieu de la myriade d'ouvrages parus en même temps que le sien.

Thomas savoure ce début de célébrité, cela fait tellement longtemps qu'il en rêvait. Depuis toujours, il aspirait à un destin hors du commun sans trop savoir comment concrétiser cette ambition. Il s'était imaginé chanteur ou acteur mais c'était finalement l'écriture qui lui permettait de sortir de l'anonymat. Lui, l'ancien élève si médiocre en français durant toute sa scolarité allait bientôt devenir une référence dans le monde de l'édition, cocasse retournement de situation si l'on y pense.

Avant de partir à sa réunion, Thomas passe embrasser sa femme enfermée comme d'habitude dans son bureau. Elle lève à peine les yeux de son ordinateur lorsqu'il s'adresse à elle. Il n'insiste pas, il sait que dans ces moments-là, plus rien autour d'elle n'existe, même pas lui.


Arrivé à la maison d'édition, Thomas est reçu avec tous les honneurs. Champagne et petits fours l'attendent, c'est bon signe.

"Mon cher Thomas, nous avons d'excellentes nouvelles pour vous, l'informe son éditeur.

La promotion de votre livre se déroule au-delà de toutes nos espérances et nous avons l'immense plaisir de vous annoncer que grâce à vous, nous sommes en tête des ventes pour ce mois ci. Cerise sur le gâteau, vous êtes invité la semaine prochaine à participer à l'émission littéraire Au fil des mots. Croyez-moi, vous faites vos premiers pas dans la cour des grands, quelques oreilles indiscrètes m'ont même confié que votre nom était déjà en lice pour la remise des prix littéraires en novembre. Je ne sais pas si vous avez conscience de l'impact que cela peut avoir sur la suite de votre carrière mais ...

- Mais je me rends surtout compte qu'il faudra que nous reparlions sérieusement du contrat que nous avons signé, l'interrompt Thomas sans ménagement. Vous vous doutez bien qu'il y aura quelques renégociations à prévoir si vous ne voulez pas que je cède aux propositions très alléchantes que ne vont pas manquer de me faire d'autres maisons d'édition plus prestigieuses que la vôtre.

- Voyons, voyons, ne nous emballons pas. Il va sans dire que je saurai me montrer compréhensif pour que notre collaboration demeure fructueuse à tous les égards. N'ayez crainte mon cher Thomas, vous êtes entre de bonnes mains."


En rentrant chez lui, Thomas ne peut s'empêcher d'afficher un sourire victorieux sur ses lèvres. Il vient de franchir les premières marches qui le séparent du sommet, sa vie n'est déjà plus tout à fait la même et il va enfin pouvoir se permettre de plaquer définitivement son job de consultant en marketing qui l'ennuie prodigieusement. Il sait que sa femme va se montrer réticente à cette idée, elle qui a toujours peur des lendemains qui déchantent mais il la convaincra, il en est sûr. En cette fabuleuse journée, il se sent invulnérable.

"Cette histoire va trop loin, Thomas. Il faut qu'on arrête, je n'arrive plus à ...

- Qu'on arrête ? hurle-t'il après son épouse. Tu plaisantes, j'espère ! Ce n'est que le début, mon livre se vend comme des petits pains, tu ne crois quand même pas qu'on va renoncer si près du but ! Mon éditeur est prêt à me faire un pont d'or pour que je ne le lâche pas et toi, tu me demandes de renoncer parce que tu as soudainement des états d'âme ? Ressaisis-toi, tout va bien se passer. Tu te remets au travail et je te garantis qu'il n'y aura aucun problème.

- C'est facile à dire pour toi ! Tu passes tout ton temps à te pavaner dans les librairies devant tes lectrices tombées sous le charme du beau et fabuleux Thomas Lanz et moi je suis là comme une conne à essayer désespérément de pondre un second roman digne de la renommée que se forge mon tendre mari ! Mais ça bien sûr, ça t'est totalement égal dans la mesure où les seuls mots que tu es capable d'écrire, ce sont les précieux autographes que tu signes à tes admiratrices !"


Thomas claque violemment la porte d'entrée de leur appartement en laissant sa femme seule et en larmes. Jamais elle n'aurait pensé qu'en acceptant d'écrire pour lui, cela prendrait de telles proportions. Au départ, elle avait considéré ce projet comme une simple plaisanterie car pas un instant, elle n'avait supposé qu'elle avait suffisamment de talent pour que son manuscrit retienne l'attention d'une maison d'édition. Lorsque cela était arrivé, elle en avait été réellement étonnée mais pas flattée car elle ne mesurait pas encore l'ampleur qu'allait prendre cette supercherie.

Aujourd'hui, elle comprend qu'elle a vendu son âme au diable et que son mari n'admettra jamais qu'elle fasse machine arrière. Il ne le lui pardonnerait pas, son mariage volerait en éclats, c'est certain. La voici prisonnière d'un piège qu'elle a contribué à créer tant elle s'est montrée naïve et peu clairvoyante. Elle aime passionnément Thomas et Thomas, lui, n'a de passion que pour la célèbrité. Quelle issue lui reste-t'il pour concilier ces deux réalités ? Nulle autre que celle de poursuivre cette mascarade assez longtemps en espérant qu'un jour ou l'autre, le public se lassera de Thomas Lanz.

Ce texte a été lu 847 fois.


« Réminiscences
par : ex-îlés
Lassitude... »
par : Spleen36



Rédiger un commentaire sur ce texte Votre avis sur ce texte … (5 commentaires)
Avatar de ex-îlés

ex-îlés

Le 12 octobre 2008 à 23:22

Ton texte m'a fait sourire. il est drole et tellement reel. je veut dire plus pret du reel que de l'imaginaire. Quand le recit fait reagir le lecteur cela veut dire que l'auteur a atteint son pari... Felicitations! et bonne continuation.
Remonter au texte | #1061

Lecteur de passage (Zoggdanoff)

Le 14 octobre 2008 à 17:19

Bien joué! Drôle et enlevé... On se laisse vite porter par les rêves de célébrité de Thomas, et on endosse tout aussi rapidement le dilemme de son épouse. Tiendra-t-elle encore longtemp?
Remonter au texte | #1062

Lecteur de passage (Agnès Chêne)

Le 15 octobre 2008 à 14:36

J'ai aimé ton récit, très bien écrit, on se laisse prendre dans le filet de la reconnaissance de Thomas, en fait , ce n'est que subterfuge.rnMerci, Constance:)
Remonter au texte | #1063

Avatar de Constance

Constance

Le 15 octobre 2008 à 21:45

Merci Agnès. Oui en effet, les apparences sont parfois trompeuses et la personne mise en lumière n'est pas forcément celle qui le mériterait le plus.
A ex-îlés et Zoggdanoff, vos analyses de ce texte sont assez surprenantes et je ne suis pas sure que vous ne soyez pas passés à côté de ce qui pour moi pouvait faire l'intêret de cette histoire, à savoir un besoin de notoriété tel qu'il pousse à prendre à son propre compte le talent d'une autre.
Enfin peu importe après tout, je laisse à chacun la liberté d'interpréter ce texte comme il l'entend. :)
Remonter au texte | #1065

Pas d'avatar

Marcos Punsbed

Le 13 novembre 2008 à 16:31

Excellent ! L'idée est particulièrement originale, le style est bien adapté au sujet et ton histoire pourrait même devenir un bon roman... que j'accepterais bien volontiers de signer !:)
Remonter au texte | #1069


Rédiger un commentaire :

Votre pseudonyme :

Texte du commentaire :
:) :| :( :D :o ;) =/ :P :lol: :mad: :roll: :cool:
Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez.
Votre adresse de connexion (107.21.169.9) sera archivée.
Vous n'êtes pas membre de Jeux d'encre ....
Afin de valider la publication de votre commentaire, veuillez taper le code suivant anti-spam dans la zone de texte située ci-après : 
Important : Les textes déposés sur ce site sont les propriétés exclusives de leurs auteurs. Aucune reproduction, même partielle n'est autorisée sans l'accord préalable des personnes concernées.