test

  • ~ 1 lecteur en ligne

L'heure d'été

Publié le : 31 décembre 2009 à 13:39 par Lily-Rose Beluard (Site web lien externe)
Catégorie : Textes courts

Je m'assois à la terrasse d'un café en été, cette saison estivale qui met de la gaieté dans le coeur des passants. J'observe le monde s'agiter autour de moi. Des gens pressés courent après leur bus pour sans doute aller rejoindre leur moitié ou aller travailler à l'autre bout de la ville; certains l'attrapent dans l'élan de leur course folle, tandis que d'autres le ratent et sont de mauvaise humeur pour le restant de la matinée. Un groupe d'amis se pose pour boire des coktails, ils ne sont pas français et je reconnais leurs origines par leur accent fortement marqué, ce sont des allemands: l'un d'eux est brun, l'autre blond, son voisin de droite est roux. Ils regardent des photos de la tour eiffel et de Montmartre. Hauts lieux historiques qui attirent autant d'étrangers que de français avec les quartiers romantiques et la place du Tertre où les artistes se bousculent au portillon pour aller esquisser le portrait d'un passant à la demande; ainsi que la superbe vue de la métropole parisienne du haut de la Dame de fer.

De l'autre côté de la rue, un accordéoniste et un guitariste tentent d'animer un peu cette petite rue piétonne sympathique qui rayonne et s'illumine petit à petit sous la lumière du soleil d'été. On se croirait dans le décor du film "Amélie Poulain".

On aimerait tant que tout ce beau temps soit éternel, que les vacances perdurent, que les amours d'été ne se terminent pas en séparations déchirantes qui font parfois souffrir tant de couples à cause de la distance et qui parfois les oblige aussi à en rester là.

En face de moi, un jeune couple se tient la main, s'échange des doux regards à travers lesquels on peut apercevoir l'étincelle de l'amour qui rend les amants si beaux et qui traduisent aussi bien plus de choses parfois que les mots ne peuvent en transmettre. Des promesses de fidélité, des lèvres qui se désirent sans même se toucher, aussi attentifs l'un à l'autre, les amoureux devinent les choses presque avant même que l'autre les disent.

Après mon petit "diagnostic du monde", je finis par chercher au fond de mon sac quelques pièces que je laisse sur un coin de la table avant de faire face au monde qui persiste mais qui pourtant n'est jamais le même. Il évolue à chaque instant comme si le présent ne pouvait exister car chaque parcelle de vie qui passe appartient déjà au passé dans l'évolution du temps. Au présent, je suis là, immobile sur ce trottoir, la table à laquelle j'étais assise il y a deux minutes appartient déjà au décor d'un passé proche.

Ce texte a été lu 604 fois.


« Ma dame
par : jc-blondel
A t'tal ! »
par : arpenteur



Rédiger un commentaire sur ce texte Votre avis sur ce texte … (pas de commentaire)
Aucun commentaire n'a encore été rédigé sur ce texte.

Rédiger un commentaire :

Votre pseudonyme :

Texte du commentaire :
:) :| :( :D :o ;) =/ :P :lol: :mad: :roll: :cool:
Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez.
Votre adresse de connexion (54.167.216.239) sera archivée.
Vous n'êtes pas membre de Jeux d'encre ....
Afin de valider la publication de votre commentaire, veuillez taper le code suivant anti-spam dans la zone de texte située ci-après : 
Important : Les textes déposés sur ce site sont les propriétés exclusives de leurs auteurs. Aucune reproduction, même partielle n'est autorisée sans l'accord préalable des personnes concernées.