test

  • ~ 1 lecteur en ligne

J’ai vu passer un ange

Publié le : 14 janvier 2013 à 15:20 par Iktomi
Catégorie : Nouvelles / Essais

J’étais au volant de ma Corvette Stingray de 63, un gouffre à fric et à pétrole, une danseuse en tôle, une dinguerie, une excentricité… Ce qu’il y a de mieux pour faire monter des flots de bile à la face des traîne-patins qui me regardent passer en rêvant de m’en faire descendre à coups de pieds.


Je ne puis concevoir de rouler sans musique et, le matin, il me faut du Metal, du Blues ou, à la rigueur, la Symphonie du jaguar de Pécou. J’ignore pourquoi, mais en début de journée, le V8 tourne mieux au rythme de ce genre de musique. Ce matin, c’était Blues avec Robert Johnson et son bottleneck.


Poor Bob venait de commencer Terraplane Blues quand il y a eu ce choc à l’avant. Et juste après j’ai vu l’ange.


Il est passé par-dessus le capot. Très vite. Si vite que je n’ai pas eu le temps de voir la couleur de ses cheveux, et à peine celle de ses yeux. Cela importe peu, d’ailleurs. Le propre d’apparitions telles que celle d’un ange n’est-il pas de ne laisser qu’une impression d’ensemble ? Est-ce qu’on a enquiquiné Bernadette en lui demandant par exemple combien mesurait la Vierge, à son avis ? Il y a des moments où les détails n’ont pas d’importance. Et c’est tant mieux, car comme on le dit dans certaines contrées : « Le diable est dans le détail. » Le diable, on le sait, s’y entend mieux que personne pour semer l’hésitation et le doute. Alors imaginez Bernadette s’amener en disant non seulement que la Vierge lui est apparue, lui a parlé, mais qu’elle mesure environ un mètre soixante pour cinquante-cinq kilos, qu’elle doit avoir entre trente-cinq et quarante ans et qu’elle parle avec un accent ? Direction le cabanon, la Soubirous, et on n’en aurait plus entendu parler.


Ce qui ne fait pas de doute en tout cas, c’est que l’ange m’a regardé en survolant mon capot. Malgré l’épaisseur du pare-brise et la brièveté de son passage, le regard de l’ange ne m’a pas échappé. C’était un regard de reproche et d’étonnement, comme s’il me disait : « Tu ne peux pas regarder où tu vas, espèce de…. »


J’ignorais que les anges pouvaient insulter les gens. Mais je ne peux le nier : j’ai amplement mérité de me faire insulter. Un refus de priorité, ça agacerait n’importe qui, n’est-ce pas ? Dès lors, il ne faut pas s’étonner si un ange en perd quelque peu son sang-froid.


Je n’ai pas réagi assez vite. Le temps que je sorte de la voiture, l’ange avait ré-enfourché son vélo et s’éloignait, en zigzag mais très vite.


Je ne savais pas non plus que les anges faisaient du vélo. Et vous ?

Ce texte a été lu 204 fois.


« Quand...
par : Agnès Chêne
Les Aventures de Pénélope »
par : martin



Rédiger un commentaire sur ce texte Votre avis sur ce texte … (pas de commentaire)
Aucun commentaire n'a encore été rédigé sur ce texte.

Rédiger un commentaire :

Votre pseudonyme :

Texte du commentaire :
:) :| :( :D :o ;) =/ :P :lol: :mad: :roll: :cool:
Nous vous rappelons que vous êtes responsable du contenu des commentaires que vous publiez.
Votre adresse de connexion (54.158.238.108) sera archivée.
Vous n'êtes pas membre de Jeux d'encre ....
Afin de valider la publication de votre commentaire, veuillez taper le code suivant anti-spam dans la zone de texte située ci-après : 
Important : Les textes déposés sur ce site sont les propriétés exclusives de leurs auteurs. Aucune reproduction, même partielle n'est autorisée sans l'accord préalable des personnes concernées.